Giannandrea ex googler
John Giannandrea, ancien responsable de la recherche et de l’intelligence artificielle chez Google, rejoint Apple. La location, d’abord rapportée par le New York Times, intervient un jour après que l’exécutif a annoncé qu’il démissionnait de son rôle chez Google. Cette annonce « surprise » est à contextualiser dans un remaniement plus large de la direction qui prend maintenant beaucoup plus de sens avec le recul.

John Giannandrea : un ex-Google hautement qualifié

Giannandrea, un expert en apprentissage automatique qui a rejoint Google en 2010. Le recrutement de cet ingénieur est un énorme succès pour Apple, qui a lutté pendant des années pour progresser le plus vite possible dans des domaines comme celui de l’Intelligence Artificielle où le le traitement du langage naturel. Giannandrea travaillera main dans la main avec l’actuel PDG Tim Cook en tant que leader de «l’apprentissage automatique et de la stratégie de l’IA», selon le Times.

Facebook et Google, et dans une moindre mesure Amazon et Microsoft, sont des chefs de file dans l’IA, employant des centaines de chercheurs travaillant dans divers domaines qui publient régulièrement des articles de fond qui aident à informer les produits internes et la communauté de recherche collective sur l’IA.

Apple, bien qu’il ait développé Siri – qui reste le premier assistant virtuel des marché des assistants numériques vocaux, n’a pas eu accès aux données ni au talent et aux ressources de la recherche pour aborder le développement de l’IA avec le même niveau d’intensité que ses rivaux.

Siri est mal acceptée dans la communauté de l’intelligence artificielle

Siri reste la cible d’innombrables blagues sur le manque de sophistication de l’IA. La conception générale de la plate-forme Siri reste la risée de ses concurrents du fait de son manque de sophistication. En effet, le niveau de qualité de Google Assistant, qui utilise certains des mêmes algorithmes utilisés dans Google Translate et Google Image Search reste lui aussi en retard par rapport à Alexa, le leader de l’industrie .
Ce n’est qu’en décembre 2016 qu’Apple a même autorisé ses propres employés à publier des recherches sur l’IA, une pratique courante parmi les chercheurs les plus expérimentés de Facebook et de Google. Il a également fallu plusieurs mois à l’entreprise pour rejoindre un consortium éthique de recherche sur l’IA co-fondé par Google, Amazon, Microsoft, Facebook et IBM.
Les initiés de l’industrie disent que l’approche d’Apple en matière de collecte de données et de respect de la vie privée des utilisateurs, tout en étant louable d’un point de vue idéologique, entrave sa capacité à suivre les autres poids lourds de la Silicon Valley.
Il ne reste plus qu’a attendre désormais les évolutions dans ce domaine très prometeur. Avec l’arrivée de Giannandrea, Apple pourrait être en mesure de recruter plus de talents de haut niveau et d’améliorer ses algorithmes, un exploit que la société a longtemps souhaité atteindre sans enfreindre sa politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *